Les conseils de la Sécurité routière en cas de diminution de l’éclairage public

A la une

  • Porter des vêtements ou accessoires réfléchissants

La Sécurité routière conseille de porter des vêtements clairs et mieux encore à opter pour des dispositifs rétroréfléchissants : gilet, brassard, gants, bandes sur le sac à dos, etc.
Dans les phares d’une voiture, les autres usagers sont visibles à seulement 28 mètres lorsqu’ils sont vêtus de noir. Or, à 50 km/h, une voiture a besoin au minimum de 25 mètres pour s’arrêter sur sol sec et 38 mètres sur sol mouillé. Avec des accessoires réfléchissants, ils sont visibles à 150 mètres.

À vélo, le gilet de haute visibilité (jaune, orange, vert) est obligatoire hors agglomération de nuit ou lorsque la visibilité est insuffisante. À trottinette, le port du gilet rétroréfléchissant est obligatoire de nuit ou de jour par visibilité insuffisante.

  • Vérifier les équipements obligatoires sur son vélo ou sa trottinette

Certains équipements qui favorisent la visibilité sont obligatoires et leur état doit être contrôlé avant de prendre la route :
les vélos doivent être équipés de catadioptres rouges à l’arrière, oranges au niveau des pédales, visibles latéralement, et d’un feu blanc à l’avant.
Les trottinettes doivent avoir un feu blanc à l’avant, un autre, rouge, à l’arrière, et des catadioptres arrières et latéraux.

  • Être plus vigilant

La Sécurité routière demande à tous les usagers de la route d’être plus attentifs, de respecter les limitations de vitesse, d’éviter les distracteurs et de bien faire attention :

en traversant : avoir la priorité ne signifie pas traverser sans précaution, en particulier la nuit. Marcher sur le côté gauche de la chaussée permet de bien voir les véhicules arrivant en face. Avant de traverser, regarder à gauche, à droite, puis à nouveau à gauche.

de ne pas rester dans les angles morts notamment des véhicules imposants
lors d’un changement de direction : tendre le bras (idéalement équipé d’un brassard réfléchissant) à vélo ou à trottinette pour donner une indication aux autres usagers

Lisez

également

Un jardin partagé à Mozé ?

Un jardin partagé à Mozé ?

Une envie de vous investir dans un projet agro écologique au sein de la commune ? Dans un précédent numéro du Petit Mozéen nous vous présentions un projet de jardin partagé, porté par l’équipe municipale et imaginé par des étudiants de Licence Professionnelle Aménagement Paysager de l’Université d’Angers . Ce dernier, pour voir le jour, a besoin de vous !

Inscription

newsletter